Coupoles bleues et poivrons verts

On entre dans le pays par la grande region plus ou moins autonome du nord-ouest, nommee le Karakalpakistan. Ici, quand on parle de l’Ouzbekistan, c’est par opposition a cette region. Langue differente, ethnie distincte des ouzbeks, les karakalpaks ont ete particulierement touches par l assechement de la mer d’Aral. Apres l’aride plateau, la region irriguee du delta de l’Amu-Daria, nous parait si verte et fertile ! Il y a meme des arbres !

Canaux d irrigation dans le delta de l’Amu-Daria

Mais il fait toujours tres chaud, et meme de plus en plus, au fur et a mesure que l’on descend vers le sud-est. Nous gardons notre petit rythme, roulant tard le soir et de tres bonne heure apres une courte nuit, et trouvant un endroit ou passer les heures chaudes. La nessesite de trouver un abri pour le milieu de journee est assez opressante, mais pas le choix, la temperature depasse les 40 degres a l ombre et 55 au soleil regulierement. On patiente, amorphe, esperant un rafraichissement qui ne vient pas vraiment pour repartir. Les nuits restent chaudes, on dort mal, ce n est pas le climat ideal. Alors, en ouzbekistan, nous ne faisons pas tout a velo. Quelques trajets en camion-stop nous permettent d eviter certains troncons desertiques difficiles sous ce climat suffoquant, et de ratrapper notre retard sur notre planning… comment ca un planning ? Un voyage a velo, ce n’est donc pas se laisser aller a la lenteur et l’imprevu ? Si mais helas les contraintes importantes que sont les visas et les climats entravent un peu cette liberte. Ratrapper notre retard donc, pour entrer au tadjikistan en debut de visa, et pour arriver a la meilleure saison dans les montagnes tadjikes et kirghizes.

Pause de mi-journee

L’attrait principal de la region, ce sont indeniablement les villes. Boukhara, Samarcande, les noms de ces villes prosperes, au coeur de la route de la soie, sont bien connus et evoquent parfums orientaux et coupoles turquoise. On commence par un sejour a Khiva, petite ville historique entouree de remparts, pleine de madrassas et toute renovee. C’est mignon, petit, tous les batiments a proximite dans un petit centre brun brique et bleu ceramique. On a particulierement apprecie la mosquee Djuma aux 218 colonnes de bois sculte, dont certaines sont pluri-centenaires ! Peu de touristes occidentaux, mais des centaines de touristes ouzbeks !

Arrivee a Khiva

Eclipse

Minaret tronque

Puis, c’est Boukhara, bien plus grande, avec d’impressionnants complexes architecturaux, plus authentique avec plein de batiments non restaures, et restee vivante.

Ombrelle

Madrassa

Puis je dois avouer etre un peu decu par Samarcande, avec quelques tres beaux batiments, mais eparpillees dans une ville plus modernes et un peu surfaite.

Le Registan

Enfin, le quatrieme site Unesco du pays, moins frequente par les touristes, Sharisabz.

Palais de Timur

Plus que par les complexes de ceramique, je suis touche par les bazars si photogeniques. Flux d’odeurs et de couleurs (et de billets comptes par liasses), c’est un plaisir de se promener entre les stands de pain, de legumes, de fruits secs ou d’epices (les relents des stands de viande sont moins charmants).

Aller c’est parti, on vous embarque pour une petite immersion dans le bazar de Samarcande !

.

One Response to Coupoles bleues et poivrons verts

  1. Myriouf says:

    y a un arrêt sur image au milieu de la vidéo, étrange… en tout cas, c’est animé, mais c’est pas trop le bazar !

Ecrire un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s