Petite philosophie

« Il est fort dangereux, Frodon, de sortir de chez soi.
On prend la route et, si on ne regarde pas où on met les pieds,
on ne sait pas jusqu’où cela peut nous mener. »

Bilbo

Le voyage, voilà un mot bien polyvalent. Du globe-trotteur aventureux à l’utilisateur du métro laborieux, les « voyageurs » ne semblent avoir en commun que le fait d’être en déplacement.

C’est dans l’objectif de ce déplacement que toute la différence se fait. Aujourd’hui, on se déplace le plus souvent dans le but d’arriver ailleurs, rapidement et confortablement. Le voyage désigne alors le séjour que l’on passe dans cet endroit ; endroit dont la situation réelle nous est d’ailleurs d’autant plus abstraite que l’on s’y est rendu vite. La technologie actuelle nous autorise une mobilité restée longtemps inimaginable, et c’est merveilleux. Mais n’oublions pas que l’on peut aussi n’avoir d’autre but que le déplacement lui-même. Déambuler, flâner, progresser à vitesse humaine et prendre le temps de la découverte, de la rencontre, de toutes ces richesses que font le parcours : le voyage ne devient alors rien d’autre que le déplacement lui-même. Pour ce projet, c’est ce voyage là que nous désirons. La destination n’est plus que prétexte à l’errance. On va prendre la route, et peu importe où cela nous mènera : c’est le mode de vie nomade qui nous attire.

L’idée est de lever l’ancre chez nous, en France, et de partir vers l’orient. Sans sauts géographiques ni bonds culturels, le dépaysement sera progressif. Pour rendre concrète la géographie, prendre conscience des distances, et s’imprégner du climat, nous irons lentement. Avancer sans hâte et prendre le temps de s’arrêter, pour le plaisir des pérégrinations insouciantes et la joie des étapes nonchalantes. « Baissons l’allure et le temps lui-même, par un étrange effet d’imitation, ralentira son débit » dixit Sylvain Tesson. Pour se sentir dans le paysage plutôt que de le voir défiler passivement, nous avancerons grâce à notre propre force. Pour mieux vivre la rencontre, on tentera d’apprendre quelques notions des langues rencontrées.

Sillonner les campagnes à bicyclette, franchir les montagnes à pieds, descendre les rivières en canoë, parcourir les steppes à cheval… ça fait rêver ! Mais la difficulté logistique impliquerait de renoncer à notre vif désir d’autonomie. Pour voyager au maximum by fair means* tout en préservant une relative liberté, et parcourir le monde dans une échelle d’espace et de temps qui nous convienne, la petite reine nous semble un bon compromis.

A vélo sans vélocité, c’est notre petite vélosophie.

* Littéralement par des moyens loyaux, justes. Voyager by fair means : voyager sans moteur, sans pouvoir aller plus vite que notre énergie nous le permette.

11 Responses to Petite philosophie

  1. Karelle says:

    Ce blog fait vraiment rêver! J’espère que vous pourrez le tenir à jour régulièrement, même si j’imagine qu’on a pas forcément envie de se précipiter sur un ordi en voyage! J-3 , je vous envie!!

    Bon voyage, et peut-être avant au téléphone j’espère!

    Karelle

  2. Anne-Laure says:

    Je vois que vous êtes super bien préparés !
    Je vous souhaite un très bon voyage et plein de belles rencontres et découvertes
    et en plus on va pouvoir en profiter un peu à distance ;-)

  3. Judith says:

    Quelle chouette idée de faire un blog.
    J’espère qu’on pourra vous suivre régulièrement.
    C’est cool les gens qui réalisent leurs rêves.
    Bon(s) voyage(s) les amoureux!

    • Sara says:

      merci merci !
      pour la petite anecdote, « ne rêve pas ta vis, vis ton rêve » remonte à l’époque des camps mrjc…

  4. Hortense says:

    Ouaou quelle bonne idée!C’est vraiment sympa que vous puissiez réaliser ce rêve. Je suis bien contente de pouvoir suivre vos petites aventures. Bon courage à tous les deux pour les péripéties (que je vous souhaite faciles à résoudre..!) et surtout, profitez bien de cette merveilleuse expérience!
    Je vous embrasse! (Sara, Judith, j’ai revu nos guidouilles la semaine dernière, elles vont bien mais sont grandes, grandes!(certaines sont déjà chefs, sont en études supérieures etc…Bref, petit coup de vieux!)

    • Sara says:

      Wouu, c’est sûr, le temps passe vite ! J’espère bien réussir à le faire ralentir un peu cette année !
      ça me fait bien plaisir que tu nous suives :D

  5. Geoffrey says:

    Bonjour, je voulais savoir quelles solutions avez vous pour avoir accès a internet ?? ce n’est pas trop compliqué quand on est en voyage ??

    • Sara says:

      Pour l’instant on est souvent heberges chez des gens donc on utilise leur ordinateur. On a aussi utilise des cyber-cafes, mais en France y en a plus beaucoup, et c’est cher, en Italie c’est déjà plus courrant et moins cher, on se dit que ça devrait plutot aller dans ce sens là. Par contre, en France et en Italie, on voit très souvent des accès wi-fi libres, nous on n’a pas d’ordi ou smartphone, mais ça peut etre une solution !

  6. Marguerite says:

    Vraiment courageux! Bonne route! Margherita

Ecrire un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s