Quand l’aventure touche à sa fin

Depuis le retour en France, à Calais, jusqu’à l’arrivée finale à Lyon, récit des derniers jours d’une longue aventure.

***

Voila plus d’un mois, déjà, que je suis rentré. Mon vélo se repose à la cave, et mes sacoches sont bien au sec dans ma chambre. Je n’ai toujours pas pris le temps de raconter la fin du voyage, malgré la flatteuse impatience de certains. Revenons sur les toutes dernières semaines du périple.

22 septembre 2015. Inutile de chercher, c’est trop dur de trouver les mots pour décrire une émotion si forte. Le ferry s’apprête a accoster, après une courte et paisible traversée de la Manche depuis Dover : j’arrive en France ! Juste là, la côte qui approche dehors, c’est la France ! Voila. J’ai réussi. J’ai fait le tour du monde, et me voici de nouveau dans mon pays.

Retour en France !!!

Je ne peux m’empêcher de rire. Je sors du Ferry, et me dirige vers le centre-ville de Calais. Je guette les premiers panneaux, je tends l’oreille. Et je ne peux m’empêcher de rire.

Je tourne un peu vite, sans avoir vu le cycliste derrière : « Sorry ! Euh ! Pardon ! » Ça commence bien : pour la première fois depuis plus de 2 ans et demi que je suis chez moi, je passe pour un touriste :)

En fait, je ne passe qu’une soirée ici. Dès demain, je passe a nouveau une frontière, pour un crochet par la Belgique. Mais une soirée très sympa, chez des Warm Showers bien sur, Laura et Bastien.

Toujours beaucoup de pluie… il fait pas meilleur ici qu’en Angleterre. J’aime malgré tout beaucoup la Flandre, et ses magnifiques villes, dont les fameuses Bruges :

DSCF7576

et Gand :

Et ce que j’adore, c’est les vélos partout.

Après n’avoir côtoyé pendant longtemps que des cyclistes sportifs en lycra moulant et chaussures clippées aux pédales, j’adore regarder ici toute cette foule citadine qui fait du vélo en chemise ou chaussures à talons.

Puis j’arrive a Bruxelles, où je retrouve le vieil ami Raimon et reste 2 jours. Première retrouvaille ! Quel plaisir de revoir cette tête la !

29 septembre. Après, une rapide traversée de la Wallonie, j’arrive de nouveau en France. Et cette fois, pour de bon. Je suis charmé par les vieilles fermes pittoresques et petits hameaux ruraux…

Dans un de ces villages, je demande de l’eau a des petits vieux qui jardinent, et nous discutons un peu. « Tu vas jusqu’à Lyon a vélo ? C’est incroyable ! » C’est toujours amusant, cette différence de perspective. Évidemment, en soi c’est déjà un long voyage, Lyon est encore loin. Mais mon regard est tellement différent… Déjà, la traversée du Canada, c’était pour moi un retour, je me rapprochais de la France. Alors, depuis Dublin, j’ai vraiment le sentiment d’être presque arrivé. Et maintenant, je suis en France, c’est une affaire de jours, il me reste moins de mille kilomètres… bref, je suis quasiment arrivé. Je serai ces derniers jours dans une euphorie difficile a partager.

Pour le premier soir en France, je campe près d’un champ. Premier bivouac depuis longtemps. Je pense avoir battu le record du nombre d’hébergement programmé à la suite : depuis Bath, en Angleterre, le 14 septembre, j’ai été hébergé tous les soirs ! A chaque fois, c’est une belle rencontre et le confort d’une maison. J’ai parfois le sentiment d’être un conteur ambulant : je partage mes histoires en échange d’un bon dîner et d’un lit. C’est génial, mais ça demande aussi beaucoup d’énergie, et ce soir je ressors avec grand plaisir mon réchaud a bois et trouve mes simples pâtes délicieuses.

C’est passionnant de découvrir la France avec un tout nouveau regard. Je vois des choses auxquelles je n’avais jamais prêté attention. Par exemple, c’est quand même marrant que le moindre clocher, dans n’importe quel village, soit systématiquement surmonté par un coq !

coqs

Apres les collines des Ardennes, je suis surpris par la plaine champenoise. Je me retrouve dans un paysage qui me rappelle tout a fait les Prairies du Canada :

Avec, comme la-bas, beaucoup d’éoliennes.

A Reims, je continue les retrouvailles en passant chez ma cousine Pauline, et découvre l’imposante cathédrale :

Et, autour, les vignes du Champagne :

1er octobre. Tout dernier bivouac. Entre le 2 septembre et le 10 octobre, je n’aurai campé que 5 fois ! Je profite beaucoup de cette fin du voyage, je me régale, mais je sens bien que je n’ai plus la même énergie. J’ai envie que tout se fasse simplement, et suis ravi de savoir ou je vais dormir pour les prochains jours. D’autant plus que depuis Bruxelles, il fait beau mais froid. Un grand ciel bleu tous les jours, mais un froid mordant, et, la nuit, on frôle les 0 degrés.

Puis vient la Bourgogne. Dans l’Yonne, chez mon ami Arnaud, c’est le tout premier endroit que je connaissais et où je retourne. Quelle émotion en retrouvant ce lieu ! Et puis c’est vraiment agréable de retrouver des gens connus, se retrouver après tout ce temps… C’est en fait une excellente transition pour finir le voyage : a la fois je suis toujours sur la route et a vélo, mais déjà je retrouve des amis petit a petit, et me sens de retour. Voici cet artisan brasseur avec sa culture de houblon :

J’ai donné une date d’arrivée a Lyon depuis déjà quelques temps, je sais combien de jours il reste jusqu’à mon arrivée… Voici Tonnerre et sa belle résurgence de la fosse Dionne.

 A partir de la, je n’ai qu’a suivre le Canal de Bourgogne.

Avec ses nombreuses écluses :

Et ses ragondins.

5 octobre. Si proche ! Etape par étape, je trace depuis le départ un chemin derrière moi. Ce n’est qu’une ligne sur une carte, mais c’est elle qui a toujours donné sens a ce que je faisais, qui a toujours orienté mes choix. Elle qui me soutenait dans les temps difficiles momentanés, en me focalisant sur cet objectif global. Ce n’est qu’une ligne sur une carte, mais voila le véritable fil rouge de mon voyage. Et maintenant, ce fil rouge que je tire derrière moi et étire chaque jour un peu plus, va se rejoindre lui même, en retrouvant mon point de départ. Il va se rejoindre, en arrivant par l’autre coté…

10447383_542557079235313_2006941719173159870_n

La perspective de cette connexion m’enthousiasme et, chaque soir, je contemple ma carte avec satisfaction, toujours un peu plus proche. En arrivant a Lyon, c’est un immense rêve qui va se réaliser, celui d’avoir fait un tour du monde. Littéralement. Le tour de notre petite planète.

M’évitant beaucoup de dénivelé dans les collines bourguignonnes, le canal m’amène jusque la jolie capitale régionale, Dijon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De la, un petit détour par Besançon, chez Basile, un autre ami… Et puis, cette fois, c’est la dernière ligne droite ! Je monte sur le beau plateau du Jura. Très beaux paysages aux couleurs déjà automnales, en approchant de la plaine de l’Ain.

9 octobre. Proche de Bourg-en-Bresse. Comme presque tous les soirs depuis Dublin, je suis hébergé chez des Warm Showers. Mais ce soir est particulier : c’est le dernier ! Je repense a cette toute première soirée chez des hôtes Warm Showers, le 20 janvier 2013, a Vienne, tout proche d’ici, de l’autre coté de Lyon.  Je suis presque au même endroit, dans le même contexte, mais c’est si différent. Tant de chemin parcouru depuis… A ce moment la, nous avions peu de choses a raconter, mais beaucoup de rêves. Maintenant, ces rêves sont transformés en souvenirs. Pour ce dernier soir, mes hôtes Jérôme et Marie font une excellente raclette sur fond de mappemonde :

10 octobre. Dernière étape. Tout dernier jour a vélo. Plus que 80 kilomètres, et je bouclerai la boucle.

8h30. Départ.

11h. Je traverse la Dombes et ses mille étangs dans un épais brouillard. Le nom d’un hameau décrit bien mon état :

13h. Et voici Lyon. Une ville que je connais assez bien pour y avoir vécu. En arrivant par le Nord, je traverse même le campus de La Doua, un lieu que j’ai fréquenté quotidiennement pendant 2 ans. Quelle étrange sensations de retrouver ces bâtiments, en étant dans ce contexte si différent…

La bon vieux bâtiment « Darwin »

14h30. Ça y est. Je suis sur les quais du Rhône. 2 petits kilomètres sur une piste cyclable, et je retrouverai le point exact du premier coup de pédale, sur le même vélo, en janvier 2013 :) Tiens ! Ce panneau doit être là pour moi :)

15h Voila. Toute ma famille est là ! Y compris le petit bout d’chou bleu, ma première nièce de 11 mois :)

 

***

 

France

Flag of France22-23.09.2015 & 29.09.2015 – 10.10.2015 (929 km)

Belgique / België

24.09.2015 – 29.09.2015 (300 km)

5 Responses to Quand l’aventure touche à sa fin

  1. Anne-Laure says:

    Merci pour ce récit de la fin du voyage ! Ca doit faire tout drôle d’être rentré … de retrouver ses habitudes, tout en n’étant plus tout à fait le même …
    En tout cas, bonne chance pour tous tes projets !

  2. Tom et Elo says:

    En sentant la fin de notre voyage approcher, et ayant deja vecu un retour, te lire c est bizarre, ca fait rire, ca fait plaisir, c est triste, ca tire les larmes et en meme temps c est beau simplement! bravo a tes jambes et a ta tete! En rentrant on passera te voir!

    • Matthieu says:

      Merci beaucoup Tom et Elo !! Ça fait très plaisir :) Je vous souhaite vraiment une belle fin de voyage et espère vous revoir bientôt ! A très vite :)

Ecrire un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s