Défis au Royaume-Uni

Du mauvais temps, du vent de face, un trafic dense, des montées raides qui s’enchaînent sans laisser le temps de souffler, des crevaisons… not so easy, l’royaume-uni ! Mais aussi de magnifiques découvertes, et ces adorables petites routes dans un tunnel de végétation…

C’est a Fishguard que le ferry arrive après 3h30 de traversée de la mer d’Irlande, sur une pointe du pays de Galles. Dans la petite ville perchée au dessus d’une falaise qui tombe dans la mer, je découvre tout de suite cette sensation qui durera tout le Royaume-Uni : des rues très étroites, et malgré tout beaucoup de voitures, c’est assez oppressant. Rien a voir avec la tranquille Irlande. Il faut dire que la Grande-Bretagne est une des îles les plus peuplées au monde.

Fishguard

Dans un village, un panneau lumineux indique ma vitesse : 11. Comment ça, 11 ? Même avec ce vent de face, je suis a 17 km/h, c’est pas pour qu’on me dise que je roule a 11 ! Ah oui, ils fonctionnent en mph ici… Le pays de Galles a de douces et rurales collines vertes, mais entrecoupées par des profondes vallées qui forment de raides entailles.

Ici aussi, tous les panneaux sont bilingues, le gallois est très présent. C’est une langue celtique proche du breton. Le premier soir, fatigué par les montées et le vent de face, je commence a monter ma tente dans un endroit un peu nul, au bord de la route. Un papy en camionnette s’arrête et m’invite a camper dans son jardin, un demi-mille plus loin. Il parle gallois tous les jours, et son accent anglais est très marqué, avec notamment des r autant roulés qu’en espagnol. L’alphabet est complexe, et les noms ne comportent souvent presque pas de voyelles. Ce hameau est un bel exemple. Ils sont fous, ces gallois !

3 jours plus tard, je quitte déjà le pays de Galles par ce grand pont, et entre en Angleterre sous la pluie.

Pont vers l’Angleterre

L’Angleterre, c’est le pays de mon idole, qui lui aussi a fait un tour du monde, mais en bateau et en 5 ans, et peut-être est celui qui a le plus modifié notre vision du monde a (presque) tous, en publiant l’Origine des espèces en 1859 :

Je passe par quelques jolies villes, d’abord Bath (dont j’aurais plus apprécié la visite si un oubli de mon double-toit ne m’avait pas obligé a y revenir en stop…)

Puis Oxford.

Et enfin Londres, il fallait bien passer par la pour une première visite en Angleterre :

Juste le soir ou j’arrive, Janina, une allemande rencontrée a plusieurs reprises au Kirghizistan, poste une photo de Londres sur facebook. Elle est effectivement la, pour une semaine. On se donne rendez-vous dans l’après-midi ! Ayant rejoint un peu tardivement le réseau social, je découvre la a quel point ça peut être utile ! Un autre instant mémorable devant le palais de Buckingham, résidence de la reine, quand j’entends, avec une intonation légèrement chauvine et dans un pur accent toulousain : « et le grand bâtiment, c’est quoi la ? »

Buckingham Palace

Je n’ai qu’un rapide aperçu de la capitale, mais avec quand même un passage au muséum d’histoire naturelle, bien sur :

Traverser l’agglomération londonienne a vélo était un défi, mais avec deux récompenses : l’une en entrant, dans la banlieue occidentale, avec les jardins botaniques royaux de Kew, un des plus grands du monde et site unesco :

L’autre en repartant, dans la banlieue orientale, avec l’observatoire royal de Greenwich, où est défini le méridien d’origine, la longitude 0 !

Longitude 0 !!!

En quittant Londres, la traversée du pays est presque terminée, il ne reste plus que 2 jours de vélo jusqu’à Dover, en passant par Canterbury et sa cathédrale.

C’est donc la fin des fameuses cabines rouges.

Peter, un cyclo-voyageur anglais rencontré en Chine et au Vietnam, n’est pas en Angleterre en ce moment, mais il me donne des adresses, et je suis hébergé par 5 de ses amis ! Avec quelques Warm Showers en plus, je n’ai campé que 2 fois au Royaume-Uni ! Avec cette météo pas très bonne, c’était vraiment agréable, et a chaque fois des rencontres très sympathiques !

Le 22 septembre, j’arrive au port de Dover, au pied d’une haute falaise blanche en haut de laquelle domine un château médiéval.

La falaise crayeuse s’éloigne tandis que le ferry part pour une courte traversée de la Manche… vers la France !

***

Royaume-Uni (United Kingdom)

11.09.2015 – 22.09.2015 (692 km)

10 Responses to Défis au Royaume-Uni

  1. Myriouf says:

    ah mais c’est ça que je roule les r en anglais! (et que mes sœurs se foutent de moi tout le temps) – c’est donc la faute des gallois…
    et y a écrit longitude 18?? c’est quoi l’arnaque?

  2. Supporter says:

    Le voyageur se rapproche tandis que monte l’émotion…

  3. Matthieu says:

    Vous avez été vraiment rapides, a commenter quelques minutes après la publication !!

  4. Brigitte says:

    Cela va quand même te faire bizarre de retrouver le sol Français après ce long périple riche en rencontre et découvertes.
    Bienvenue chez toi.

  5. Anne-Laure says:

    Eh bien bon retour en France ;-)

  6. Deplanques Michel says:

    Bonjour Matthieu tu vas avoir le cafard quand tu vas rentrer chez toi ,que vas-tu faire après

Ecrire un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s