Canada, étape 6/6 : Terre-Neuve

Dates : 19 août au 6 septembre 2015
Distance : 988 km
Province : Terre-Neuve-et-Labrador (Newfoundland and Labrador)
Fuseau horaire : Newfoundland Time (UTC – 2:30)

Les derniers kilomètres de la traversée du Canada a travers une grande île sauvage, jusqu’à la ville la plus orientale d’Amérique du Nord, Saint-Jean-de-Terre-Neuve…

 

***

J’étais partis de Nouvelle-Écosse par une journée ensoleillée. Après 6 heures de traversée, en sortant sur le pont du grand ferry pour voir approcher la cote, c’est gris et froid. Je n’ai pas eu de températures aussi fraîches depuis longtemps. J’arrive a Port-aux-Basques, une petite ville bâtie au bord de l’eau, sur des collines herbeuses et battues par le vent, au Sud-Ouest de Terre-Neuve.

Terre-Neuve, Newfoundland en anglais, est une grande île tout a l’Est du Canada. Resté tardivement plus ou moins indépendant, c’est le dernier territoire a rejoindre la confédération canadienne, en 1949, et c’est donc la 10ème et dernière province que je traverse. J’avance encore d’une demi-heure, c’est le dernier fuseau horaire du Canada.

Arrivé en fin d’après-midi, je pars rapidement pour m’écarter de la ville et trouver un endroit ou camper. Je suis désemparé en découvrant un paysage de lande ouverte, sans un seul arbre, et très venteux. Sans arbres, comment s’abriter du vent pour camper, comment trouver du bois pour cuisiner ? Un panneau indique « Saint-John’s 890 km ».

Quelques saules rabougris m’abriteront finalement un minimum pour la nuit. Le lendemain matin, c’est encore de la bruine et de gros nuages très bas, et le vent est si fort qu’il est parfois difficile de garder l’équilibre. Heureusement, il est plutôt de dos. On m’avait parlé de ce vent qui aurait renversé des camions.

Je sais qu’ici les conditions peuvent être rudes, et je suis préparé a combattre beaucoup de pluie si il le faut. Mais en dépassant quelques collines, je sors tout a coup de ce brouillard. Derrière moi, les nuages forment un spectacle magique, roulant lentement au-dessus des collines sous un ciel brillant.

En fait, j’aurai du soleil presque tous les jours. On me dit plusieurs fois qu’il a fait froid et moche jusque début août, que l’été ici vient de commencer. La chance m’aura souris jusqu’au bout ! Et puis je suis vite rassuré pour la présence d’arbres. Cet écosystème de lande rase recouvre en fait toute la cote sud de l’île, mais plus au nord il y a des conifères et des bouleaux. Plutôt petits, mais formant une vraie foret. Mais comme je ne sais pas ce qui m’attend, les premiers jours j’ai toujours peur que les arbres disparaissent a nouveau, et je transporte un fagot tout a fait inutile.

L’île est très peu peuplée. Pour donner une idée, la première ville que j’atteins en 3 jours, Corner Brook, est la deuxième plus grande ville après Saint-John’s, avec 20 000 habitants ! Par chance les quelques villes sont bien reparties et je transporte en général 4 jours d’autonomie entre deux supermarchés. Je vois très peu de monde. 14 jours de solitude et de grands espaces sauvages ! Une seule route traverse l’île, depuis Port-aux-Basques jusqu’à Saint John’s (Saint-Jean), dernier tronçon de la Trans-Canada Highway. Depuis cet axe, des routes rejoignent des villages sur la cote, mais il n’y quasiment pas de possibilités de faire de boucles.

Il n’y a pas de vraies montagnes, mais ce n’est jamais plat. Les collines s’enchaînent et offrent de larges perspectives :

Et chaque soir, c’est le même petit rituel, prendre un chemin au hasard en fin d’après-midi, trouver un endroit tranquille un peu loin de la route. Au départ, je suis pas très rassuré, car je sais qu’il y a sur l’île une sous-espèce d’ours noirs plus gros que sur le continent, et qu’il est impossible de suspendre la nourriture avec ces petits arbres. Alors tant pis je la garde dans la tente (et je ne me suis pas fait mangé, ouf).

C’est pâtes chaque soir et du porridge tous les matins.

output_oQjGuv2

Café forestier

Seuls deux soirs sont sortis de la routine, l’un, quand je me suis offert cette petite cabane abandonnée :

L’autre, quand je suis tombé sur un cottage, et me suis fait invité a dîner :) Une rencontre très sympa !

Barbara et Victor

Les bords de route sont très fleuris :

Et cette petite orchidée est très fréquente :

Spiranthes romanzoffiana

A l’Est de l’île, la route redescend vers le Sud, et le paysage est plus ouvert, avec beaucoup beaucoup de tourbières.

Dans lesquelles on trouve la Sarracenie, une plante carnivore, qui est l’emblème floral de Terre-Neuve.

Bref, on m’avait souvent dis qu’il n’y aurait rien a voir sur des centaines de kilomètres, ce que je prenais pour un très bon signe. J’ai en effet beaucoup aimé; une des plus belles parties de la traversée. Et moi, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de choses a voir :)

Pendant ce temps, les kilomètres défilent. Je commence a avoir la satisfaction d’avoir réussi, d’avoir traversé le Canada a vélo… mais tant que c’est pas fait, c’est pas fait. Un problème est si vite arrivé ! Le corps peut toujours avoir une panne mécanique, le vélo un problème de santé… Mais tout va bien, et petit a petit, Saint John’s se rapproche, se rapproche…

st johns

Et puis, le 2 septembre :

Ça y est ! Je suis arrivé au bout du bout ! 8 212 km depuis Vancouver ! Saint-Jean de Terre-Neuve est une très jolie ville. Tout le centre ville est rempli de maisons aux couleurs vivent sur des rues très penchées.

Motif repris sur de nombreuses boites aux lettres.

La ville est située au bord d’une petite baie abritée, qu’on peut admirer depuis Signal Hill, une colline ou se sont battus anglais et français (original dans l’histoire du Canada), et ou a été réceptionnée en 1901 la toute première transmission sans fil transatlantique !

Saint John’s depuis Signal Hill

Retour au port

Autour de la ville, la côte est vraiment magnifique.

Et on trouve de charmants petits ports.

Todd, mon hôte, me conduit jusqu’au Cap Spear, juste à coté de la ville, qui forme le point le plus oriental de toute l’Amérique du Nord.

Cap Spear

Pour moi, il se termine :)

Todd m’amène aussi jusqu’au Cap St Mary’s, ou réside une gigantesque colonie de Fous de bassan.

Cap St Mary’s

Comme ces grands oiseaux marins, moi aussi, je vais m’envoler. Pour un petit bond au-dessus de l’Atlantique. Ici, je suis bien plus proche de l’Europe que de Vancouver. Mon vol direct pour Dublin n’est que de 4h30 ! Je mets mon vélo en carton, pour la dernière fois, et le 6 septembre, c’est parti pour l’Europe !!!

***

« On construit des châteaux, d’imprenables cités
Mais à la douleur des mots tout se met à trembler
Les amis en sanglots, les amours envolées
La mort des idéaux de ce que l’on était »

(Jean)

***

Canada

Terre-Neuve. 988 km. 19.08.2015 – 06.09.2015

7 Responses to Canada, étape 6/6 : Terre-Neuve

  1. Ananas says:

    Merci pour ces très belles photos (et texte aussi), cette île est vraiment magnifique !!!
    Surprenante cette Monotropa uniflora, toute blanche avec un air fragile… Jolies maisons colorées ! Rigolo le feu qui bouge !
    Et pendant ce temps le renard se rapproche, se rapproche…et quand il est tout près, tout près, il demande : qu’est-ce-que tu chantes galette….ah non ! c’est St John’s qui se rapproche !!! ;)

    • Matthieu says:

      Merci pour les commentaires ! Oui, c’est un de ces parasites qui n’a pas de chlorophylle mais pique le sucre dans les racines d’arbres voisins !

  2. Ananas says:

    Aussi : merci à Jean pour ses très belles paroles, bien que tristes !!!

  3. Anne-Laure says:

    Merci pour les nouvelles ! Je vois que tu te rapproches de plus en plus, j’ai vu que tu es en Angleterre, bientôt la France ;-) Il faudra que tu nous racontes ce que ça fait de se retrouver en France après 2 ans et demi … Bonne route !

  4. chrisjoram says:

    Well done for a fantastic journey! We have followed your blog, and I have especially loved the botanical photos. Thank you for those. I see by your blog you should reach Lyon in only a few days. All the best for a wonderful reunion and a a good rest for your body!

    Margo (and Chris)

    • Matthieu says:

      Thank you so much! It was just wonderful coming back to the exact starting point coming from the other way, and meeting all the family! Glad you like the blog and photos!

Ecrire un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s