De l’empire khmer au royaume du Siam

Un peu jaloux de mon anniversaire dans les temples khmers, Matthieu decide qu’on fetera le sien a Ayutthaya, egalement connue pour ses nombreux temples. C’est la premiere capitale du royaume du Siam, fonde en 1350 (le Siam est l’ancien nom de la Thaïlande). Il va falloir se depecher pour y etre a temps !

Mais revenons en a Siem Reap. Le 2 fevrier, apres un jour de repos, de mise a jour du blog etc. , on s’apprete a reprendre la route.  Mais au reveil, je me sens pas tres bien, mal de tete, nausees. Bon faut dire qu’hier on s’est couche a deux heures du mat (pour profiter une derniere fois d’internet, c’est malin), donc rien d’etonnant que je ne sois pas au top de ma forme au petit matin. Le temps de prendre la douche et paqueter les affaires, mes jambes commencent a me demanger, puis a me bruler, des grosses plaques rouges apparaissent. La ca fait un peu tilt dans ma tete, ca fait beaucoup de symptomes en meme temps non ? pis j’avais aussi un peu de diarrhee hier, independemment rien d’alarmant, mais mis tous ensembles, on stresse un peu que je nous couve une sympathoche maladie tropicale. Sachant que pour ce genre de maladie, le plus tot on le prend le mieux c’est, on se dit qu’on va peut-etre profiter d’etre en ville pour aller faire checker tout ca chez le medecin, et repartir l’esprit tranquille.

Le toubib s’avere finalement bien moins inquiet : pas de fievre, pas de soucis alors. Ne vous inquietez pas, la dengue ou le palu ca vous aurait cloue au lit vous n’auriez pas pu le louper. Les plaques rouges (qui ont disparues en une heure) ne sont qu’une simple reaction allergique, et « diarrhea, nausea » (qu’il repete au moins dix fois de suite), rien de plus rien de moins qu’une petite tourista. Heureusement pour lui, il ne prononce pas ce verdict humiliant, mais je vois bien le fond de ses pensees « ah ces pauvres petits touristes qui s’inquietent au premier petit trouble digestif, qui supportent mal notre nourriture, notre climat, etc… ». Je brule d’envie de lui dire que je n’ai pas ete malade depuis un an que je voyage a travers le continent, et que si je viens aujourd’hui c’est juste que je m’inquiete d’avoir choppe une de leur salete de maladie tropicale, et que tellement je suis costaude, je m’inquiete de ne pas sentir si j’avais de la fievre, et qu’il est hors de question d’appeler ca une tourista, M….E ! Mais je me retiens, et l’ecoute bien sagement me prescrire sa grande liste de medocs alors qu’il vient de m’assurer que ce n’etait rien. Tom et Elo, deux voyageurs bien sympathiques qu’on vient de rencontrer, venaient de nous raconter leurs mesaventures medicales en Inde, et leur sentiment que les medocs sont prescrits plus en fonction de l’assurance du patient que de la necessite. Je veux bien les croire, la facture depasse les 100 dollars ! ce qui nous arrange bien dans le fond parce qu’a partir de ce seuil, on n’a pas a avancer les frais. Cette petite visite medicale aura au moins eu le merite de nous faire tester le fonctionnement de notre assurance.

On reprend donc la route le 3 fevrier, en pleine forme ! Le soir, a la recherche d’un jardin pour monter la tente, on se fait inviter par une famille americaine, anciens refugies sous les kmers rouges. Ils arrivent tout juste de l’aeroport de Phnom Penh. Les parents reviennent maintenant dans leur village tous les hivers pour trois mois. La fille ainee – Ali – qui est arrivee aux Etat Unis vers l’age de six ans, essaie de revenir tous les deux ans, sa soeur de deux ans de moins, qui n’a pas tellement de souvenirs de son enfance au Cambodge, revient pour la premiere fois, un peu contre son gre. Et le fils d’Ali, 18 ans, vient egalement pour la premiere fois, lui ne parle pas khmer. Soiree tres chaleureuse, bien qu’on soit un peu gene d’arriver chez eux dans un moment si particulier. Ali nous en apprend plus sur l’histoire recente de son pays, en nous relatant sans tabou et avec humour les faits et consequences. « Vous avez peut-etre remarque qu’il y a plus de femmes que d’hommes dans les villages, car ce sont plus les hommes qui ont ete tues. Mais de toute facon, qui a besoin des hommes ? »  On est heureux d’avoir reussi a entrer au moins dans une maison au Cambodge. Une c’est peu, mais c’est tellement plus qu’aucune.

Soiree chez une famille cambodgienne emmigree aux Etats-Unis, de retour au pays pour passer l’hiver.

Le lendemain, tous mes sympthomes reviennent. Bien qu’on soit parti au lever de soleil, il fait deja tres tres chaud. Je peine comme pas possible a avancer. On decide donc de rallier au plus vite la ville pour se reprendre un hotel, se payer le confort de vraies chiottes et d’un ventilo. Mais la ville est a 50 bornes, et 50 km quand on se sent pas bien, c’est dur… tres dur…

– Matthieu, encore combien ?
– 30 km, ca va le faire, t’inquiete pas.
– J’en peux plus on fait une petite pause ? Il reste combien ?
–  25 km.
– Tu deconnes ??
– Non, mais ca va aller, on va y aller doucement, ca fait que 5 fois 5 km.
Courte pause a 20 km. Quelques longues minutes plus tard qui me semblent une eternite :
– On peut s’arreter ? Il reste combien ?
– 16 km. Courage, c’est que 4 x 4 km.
– Je m’arrete, j’y arrive plus. Combien ?
– 9. Allez, en trois fois, on devrait y arriver !

On finit tout de meme par atteindre Sysophon, mais jamais des kilometres m’auront paru si longs. Bon, les medicaments, je vais peut-etre les prendre, en fait ! Je fais la larve toute l’apres-midi sous le ventilo devant tv5 monde. Et finalement, je me sens d’attaque le lendemain pour repartir, ouf.

On profite une deniere fois de la facilite des repas cambodgiens. Tous les petits boui-boui ont leurs marmites alignees devant, et le client souleve tour a tour chaque couvercle pour choisir ce qui viendra garnir son riz. C’est simple a commander, c’est delicieux et varie (de bonnes viandes, de bons melanges de legumes, on a particulierement adore le boeuf ananas), et c’est bon marche. Depuis notre entree en Chine, manger etait devenu notre petite difficulte quotidienne : entre la difficulte a comprendre ce qu’il y a, connaitre les prix, obtenir un plat sans piment, une portion suffisante pour nos appetits de cyclistes affames, c’etait a la longue epuisant. A ce niveau, le cambodge a ete vraiment agreable.

Les marmites des restaurants cambodgiens.

La frontiere se passe nickel. Pas de queue, un tampon, rien a payer. Wahou, c’est le top ! On s’arrete un moment dans la ville de l’autre cote de la frontiere, pour retirer de l’argent, et prendre le temps d’apprehender les differences. Un vrai magasin, avec des vrais frigos, les produits bien alignes sur les etageres, les prix affiches, et surtout… la clim ! Le bonheur ! C’est si bon, on y reste une demi-heure, a faire le tour des rayons (plusieurs fois, parce que c’est un vrai magasin mais tout petit, faut pas pousser !), a baver devant tout, a savourer longuement cette fraicheur, faisant mine de reflechir a ce qu’on pourrait acheter, pour finalement ressortir avec simplement une bouteille d’eau fraiche. Petit rituel qui rythmera nos journees thailandaises : les pauses clim ! Ca doit vous paraitre un peu dinguo vu de la France, mais on est rassure de voir que cette petite boutique a fait un peu le meme effet a d’autres potes cyclos ! Faut dire qu’on ne s’en etait pas vraiment rendu compte pendant notre semaine de pause a Siem Reap, mais la temperature a carrement monte.

.
Et oui, notre premier pays ou on roule a gauche ! mais pas de surprise pour nous, on l’avait lu sur un blog de cyclos nous precedant (arg, faut qu’on arrete de lire en avance, ca casse tout !). Dans la circulation, pas de probleme. Mais des qu’on est seul, les reflexes refont surface. Le deuxieme jour, on part de bonne heure, personne sur la route.

– Eh, Sara, on roule a gauche !
– Oups !

2 heures plus tard, on avance cote a cote sur une petite piste.

– Sara, y a une moto derrière.
– C’est a toi de te rabattre, faut rouler a gauche !
– Ah merde !

La route 6 deja bien monotone et bien frequentee du Cambodge se tranforme en une grosse autoroute cote thai pour rallier Bangkok. Mais apres le Laos et le Cambodge, on prend plaisir a retrouver un dense reseau de routes rurales. Grace a « google maps + gps » que nous offre notre nouveau compagnon de voyage, on se concocte un itineraire par des petites routes de campagne jusqu’a Ayutthaya, au nord de Bangkok. Les routes sont plutot sympas, mais la campagne thailandaise n’est pas des plus palpitantes, et on realise qu’on avance pour avancer, et qu’on est surtout assez presse d’arriver. On essaie donc de faire des grosses etapes, mais on arrive guere a depasser les 70 km de moyenne quotidienne malgre des routes on ne peut plus plates, y a rien a faire, on ne sera jamais de grands sportifs.

On parvient tout de meme a rallier Ayutthaya en 4 etapes, assez similaires. D’abord, collines, hevea et cannes a sucre, puis ca devient plat, rizieres et canaux. Outre les pauses clim, alias pauses « 7-eleven » (la chaine de magasins qu’on retrouvera partout pendant nos deux semaines en Thailande, allez savoir pourquoi ce nom…) qui ponctuent notre route comme de veritables oasis de fraicheur et de modernite, voila un peu ce qui rythme notre quotidien :

  • Les chiens : des le premier matin dans le pays, ils nous annoncent la couleur. Teigneux comme on en avait pas vus depuis bien longtemps. Y aurait-il une correlation entre le developpement d’un pays et l’agressivite de leurs chiens ? (Au passage, je suis sure qu’il y a correlation entre cynophagie et chiens qui nous fouttent la paix ;) Toujours par 5 ou 6, ils aboient, ils coursent, ils montrent les crocs. Nos tchhhht tchhhht largement suffisants au Laos ou au Cambodge ne sont plus efficaces. On est oblige de s’arreter a chaque fois, de vociferer, de jurer (bon ca c’est surtout pour les nerfs), et de jeter des caillous puisque s’egosiller ne suffit meme plus. Le tout devant des maitres qui ricanent (en meme temps je veux bien croire que notre reaction devait etre hilarante). En une demi heure on a fait deux kilometres, on a les nerfs a vif. Surtout qu’en plus d’etres enrages au figure, ici ca se pourrait que les chiens le soient aussi au sens propre. Alors on veut eviter le moindre risque de morsure.
  • Les scouts : ca c’est plus sympathique :)
    – Jour 1 : une quarantaine de guides, suivies d’une quarantaine de scouts, en tenue complete et portant des fagnons >> wahou, c’est quoi ca ? c’est des scouts ??
    – Jour 2 : devant un magasin, un garcon avec chemise et foulard, on reconnait bien l’insigne de l’OMMS (Organisation Mondiale du Mouvement Scout) >> Plus de doute !
    – Jour 3 : des garcons a velos, en tenue scoute >> et t’as vu, ils ont meme le 4 bosses (chapeau traditionnel scout) !
    – Jour 4 : des scouts dans une cour d’ecole >> mais qu’est-ce que ca veut dire ? c’est les scouts qui font l’ecole ici ou quoi ?
    – Jour 5 : trois jeunes filles a l’arret de bus, en jupe et chemisier >> ehh, elles ont le ceinturon OMMS !
    – Jour 6 : internet >> scoutisme Thailande >> ahh, le scoutisme fait partie des options a l’ecole, et tous ceux qui ont choisi cette option (et faut croire qu’ils sont nombreux) doivent venir a l’ecole en tenue un jour par semaine. La Thailande est un des tout premiers pays a avoir cree un mouvement scout en 1911 (en meme temps que la France). D’accord !!!
  • Les temples : un peu comme au Vietnam, la thailande (enfin, je ne parle que de la partie qu’on a faite) n’est pas tres propice au bivouac. Des villages, des rizieres, le moindre recoin est cultive. Mais par chance, il y a les temples. Un peu moins frequents qu’au Laos, mais suffisamment pour qu’on en trouve un en fin de journee (surtout que google maps les indique, pratique !). On a ete a chaque fois accepte tout naturellement. Et le gros point positif sur le Laos, c’est que les moines nous ont systematiquement propose de prendre une douche. Par cette chaleur, c’est pas du luxe. Un long batiment etroit, fait de petits boxes alignes, comportant chacun des toilettes turques, un petit bassin en dur rempli d’eau avec un bol pour « tirer la chasse », et un grand bassin en dur, plus etroit et plus court qu’une baignoire, mais bien deux fois plus haut, rempli d’eau (de pluie ??). Un petit bol en plastique pour se verser l’eau dessus. Le sol est legerement en pente, permettant l’evacuation de l’eau par une petite ouverture en bas du mur, a l’arriere du box. Le meme principe de salle de bain qu’on a pu voir au cambodge, a l’hopital de brousse et dans la famille americaine. Ca fait partie des trucs que j’aime bien decouvrir, les toilettes et salle de bain, ca fait vraiment partie du quotidien, du « comment on vit par ici ».

Et on arrive le 9 fevrier apres-midi a Ayutthaya ! On se leve de bonne heure le 10 pour aller decouvir les temples a la fraiches. Journee moins epuisante que notre visite des temples d’Angkor, mais temples tout autant sympathiques.

On termine notre journee par un bon gouter d’anniversaire :)

Coupes glacees d’anniversaire, pour les 25 ans de Matthieu !

14 Responses to De l’empire khmer au royaume du Siam

  1. anniethomas41 says:

    avec beaucoup de retard « BON ANNIVERSAIRE MATHIEU » elle a l’air très sympathique cette glace au chocolat a moins que ce soit celle de Sara !!!! heuu…… celle ce Mathieu c’est celle avec le bout de banane et un truc chelou derrière !!!

  2. Joli papa (papa de stephane) says:

    Super la photo on dirait vraiment un chapeau pointu turlututu !!! Bon anniversaire

  3. hujjo says:

    Tout bonnement génial cet article ! Comme tous les autres d’ailleurs ! Des anecdotes pertinentes, des dialogues vraiment marrants, des photos magnifiques, et alors, mais alors le must du must : les scouts !!!!! Be prepared ! J’ai fait un pecha kucha là-dessus en anglais, et il y a pas à dire, c’est vraiment bien ! Bientôt le 23e wsj !

    • Sara says:

      Merci hugo ! j’étais sure que ça te plairait les scouts :) on en de nouveau rencontrés ce matin, et matthieu a réussi a les prendre en photo, je vais pouvoir l’ajouter a l’article, tu verras la tenue au grand complet ! Avec ton « pecha kucha » tu m’as épaté ! et appris un mot ;)

      • Ananas says:

        Nous aussi avons appris un mot, comme souvent Bernard a sauté sur l’ordi pour chercher la traduction !!!
        Et vous savez-vous ce qu’est un « vine » ? (c’est Marjo qui vient de nous l’apprendre ! )

        • hujjo says:

          Génial la photo des scouts ! Et non je ne sais pas ce que c’est qu’un vine, et je n’ai pas le courage de chercher (d’ailleurs, je ne devrais même pas avoir le temps de commenter ce blog…). Quelle est la signification de ce mot alors ?

  4. Sophie says:

    « 7 – eleven » parce qu’il me semble que c’est ouvert de 7h à 23h, non?

    • Sara says:

      Ah peut-être ! Ton explication me semble plus pertinente que la mienne (je m’étais dit que ceux qu’avaient créé la chaine devaient pas bien connaitre l’anglais^^)
      apparemment vous avez été aussi marque par ces magasins, si tu t’en souviens encore ;)

  5. Chatologue says:

    Après la rubrique sur les chiens thaïlandais, j’attends celle sur les chats siamois !

  6. béné says:

    j’ai hate de voir plus de photos de la thailande. Trop bien la photo de matthieu avec « le chapeau pointu ». L’article est très agréable à lire et c’est toujours chouette d’avoir de vos nouvelles. bisous

    • Sara says:

      Merci béné, contente de voir que tu savoures mon écriture :) (heureusement que j’ai suivi assidûment les cours d’écriture de notre cher claude mathieu ;) mais la, je suis en train de préparer le prochain article, et je galère comme pas possible…

  7. anne-laure says:

    Les symptômes de maladie, c’est toujours un peu angoissant, surtout quand on parle pas la langue ! Contente que ca aille mieux ! Bon anniversaire en retard à Matthieu ! Et merci pour tous ces petits détails de votre voyage, c’est super sympa à lire ! J’adore la photo avec la glace ;)

Ecrire un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s