Albanie : finies les vacances, le voyage commence !

Par une belle matinee, nous gagnons le pont avant et admirons la cote albanaise approcher, le soleil se refletant dans la mer, droit devant nous.

Cote albanaise

Notre dernier hote a tout fait pour nous faire changer d’avis et nous convaincre de ne pas aller en Albanie. Trop dangereux. Les routes sont en mauvais etat, et surtout les gens ne seront pas accueillants : selon lui, on prend de grands risques. Les paysages ? Mieux vaut aller dans le sud des Pouilles. Comme je m’y attendais avec une telle description, l’accueil qu’on recoit est de loin le meilleur qu’on ait vu jusque la. On ne connait pas ses voisins, on diabolise l’Autre, si different, et c’est ainsi que de cette peur de l’etranger naissent les guerres… Quant aux paysages, ils sont tout simplement magnifiques.

Nous debarquons donc de bon matin a Vlore par une chaude journee printaniere, en ce 20 mars, et passons dans un cyber cafe, le temps de noter un lexique albanais avec quelques mots de base. On echange quelques dizaines d’euros en milliers de leks. On trouve une carte, et la libraire qui parle italien nous traduit un petit mot qui nous sera tres precieux, pour demander l’hospitalite. Ici personne ne parle anglais, mais de temps en temps, quelqu’un parle italien et nous avons le sentiment de pouvoir vraiment communiquer. 1 mois et demi plus tot, nous etions completement perdu si l’italien que nous abordions ne parlait ni anglais ni francais. Les premiers contacts avec les albanais sont excellents : tout le monde nous sourit sur notre passage, jeunes et vieux.

Nous quittons rapidement la cote, pour emprunter une petite route qui part dans les terres, et arrivons des le premier jour dans une large vallee bordee par une belle chaine montagneuse dont les plus hautes sommets sont enneiges. Au bord de la route, un homme nous interpelle, c’est un chauffeur de ces nombreux mini-bus croises. Rapidement, nous lui montrons notre petit papier magique : a peine lu, il nous fais signe de le suivre vers sa maison. Rencontre authentique, immersion dans une famille albanaise qui nous accuille royalement, les deux filles etant particulierement motivees pour communiquer, la grand mere specialement chaleureuse, et le pere specialement souriant. Nous echangeons beaucoup par gestes et dessins et apprenons nos premiers mots d’albanais. Ce n’est pas facile, il faut apprendre la prononciation de plusieurs de leurs 36 lettres, et ils ont quelques sons pas evident a reproduire. Mais c’est tres motivant : chaque mot appris ouvre de nouvelles portes de comprehensions.

Dans le silence des montagnes, seuls nous parviennent les cris des bergers

Le deuxieme jour, la route devient piste, il pleut fort et la piste qui grimpe dans les montagnes est boueuse et difficilement pratiquable. Le soir, arrivee dans un tout petit village. Un attroupement souriant se forme, nous sortons le papier enchante : en quelques minutes, un enfant nous mene dans une maison. Excellent accueil : comme hier, repas tres copieux le soir, echanges, qui cettes fois sont facilites par un voisin expatrie en angleterre, de retour dans son village pour une semaine. Il nous aide a agrandir notre lexique !  Troisime jour, nous contournons une montagne par ses flancs, face a une immense vallee ou un fleuve sauvage forme de magnifiques tresses, et au milieux de cimes blanches. La piste fait beaucoup de denivelle, et sur la piste tres caillouteuse, il faut souvent pousser le velo. Le soir, arrivee de nuit dans un village. Nous toquons a la preniere maison rencontree : la femme lit le papier et immediatement fait signe de rentrer. Encore un excellent diner, tout de suite prepare pour nous.

Ces familles vivent tres isolees dans les montagnes, leurs villages sont difficilements accessibles a cause de la piste qui est tres degradee. Ils vivent de maniere tres autonome, en se nourissant en grande partie par les produits de leurs cultures et elevages. Nous avons la sensation d’etre passes du statut de touristes a celui de voyageurs dans le regard des gens.

Cette bulle de reve se casse brutalement quand nous retrouvons dans la vallee le goudron, et un refus d’hospitalite en meme temps. Probablement pas un hasard. Dans la tres large vallee que nous remontons vers la Grece, nous bivouaquons donc pour les deux dernieres nuits. Au passage, nous visitons Gjirokaster, ancienne cite classee Unesco avec un grand chateau et une etonnante architecture. Le dernier jour, un terrible vent s’oppose a nous et les derniers kilometres avant la frontiere sont durs. Quand la pluie s’en mele, a 2 kilometres de la frontiere, nous nous abritons dans une station service. Et la, vision innatendue, un cyclovoyageur arrive depuis la Grece. C’est un allenand, avec qui nous discutons un moment. Nous echangeons notre carte d’Albanie avec sa carte de Grece et quelques infos en meme temps : heureux hasard. Puis nous passons la frontiere en fin d’apres-midi, sous la pluie qui ne cesse et nous souhaite la bienvenue dans les montagnes greques.

6 Responses to Albanie : finies les vacances, le voyage commence !

  1. anne-laure says:

    C’est génial, je ne pensais pas que l’hospitalité puisse être si simple mais c’est vraiment agréable de voir que ça existe :) En tout cas je comprends pourquoi on n’a pas eu de nouvelles pendant un petit moment, ça n’a pas du être simple de trouver internet ;-) Bon voyage en Grèce !

  2. Deplanques Michel says:

    Bonjour a vous merci de vos photos et le réçit de votre voyage ;vous nous faites voyager de chez nous Bon courage et Bonne route

  3. béné says:

    De passage sur votre blog, après un petit moment d’absence…Je vois que vos aventures continuent et que vous avancez bien…Les photos sont très jolies et les récits très intéressants.
    J’espère que Sara, tu t’es bien remise de ta chute et que tout va bien pour vous deux.
    L’albanie a l’air vraiment chouette, l’hospitalité des gens et le récit que vous en faites font envie… Je partirai bien en voyage… merci de nous faire voyager à travers notre écran d’ordinateur…

  4. Claire et Didier says:

    Courage, mais je vois que vous en avez en rab ! Justement nous présentons notre diaporama ce soir et montrerons les photos d’Albanie et de Grèce ! On est avec vous de tout coeur !
    Plein de bizzzzzz
    Claire et Didier

  5. François says:

    Comment s’appelle le genre de Canigou qui est en arrière-pan ?

  6. L’hospitalité de ces Albanais me fascine. Vraiment, ils n’hésitent pas une seconde à accueillir sous leur toit des étrangers dont ils ne savent absolument rien. C’est surement parce qu’ils vivent isolés entre les montagnes, comme tu dis, et qu’ils apprécient un peu de compagnie. Il y a peut-être aussi un côté un peu curieux, qui est fasciné par les voyageurs venus d’un monde qui leur est étranger. Je ne comprends donc pas d’où vient cette mauvaise opinion qui nous persuade de ne pas y aller. Il reste seulement la barrière de la langue. S’ils ne parlent ni anglais, ni français, cela semble assez difficile.

Ecrire un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s